Critical Atlas of Internet

Juin 2015

Spatial analysis as a tool for socio-political purposes.

Through a series of hypotheses, this Critical Atlas of Internet aims to develop 15 conceptual spatialization exercises. The purpose of the atlas is to use spatial analysis as a key to understanding social, political and economic issues on Internet by applying assumptions such as: Internet is a dot, Internet’s relief is shaped and controlled, Internet is a dumb network, etc.

As is the case of internet space, the construction of the Atlas is based on digital architecture. It is a unique computer code with an infinite number of display possibilities, both online (website) and on paper. In an idea of responsive print, the publishing has an adaptive format. Based on the CSS print rules, the layout is generated automatically for each new format, and continually adapted and readapted from book to poster format.

STREAMED IMAGES

At the 4 corners are images that frame the space of the Atlas. Those images are collected in real time via reddit.com, well known to defined itself as the « front page of the Internet ». Those images are the time markers of the Atlas. They change at each time the website reloads and bring up the ephemeris aspect of the Internet. Moreover, they are a nod to the web culture made of memes that spread through the net.

Atlas' bibliography

Evolution of the website design

Responsive print

Jan-Juin 2014

I built the Critical Atlas of Internet as a publication with an infinite number of formats, both online (website) and on paper (books, posters). I took the premise that websites have, by default, an infinite number of display possibilities, and developed it further by carrying out an experimental design: a book with a multitude of formats. Using CSS-Print, I designed the Atlas layout by creating a set of guidelines. From the browser, the layout is generated automatically according to the format, and continually readapted from book to poster format. The Critical Atlas of Internet is an intangible space, a single computer code with an infinite number of display possibilities ranging from screen to paper to exhibition space.

I am building up the atlas thanks to the web langage CssPrint, in order to change indefinitely the size of the page.

I used the responsive technology, the media queries, in order to subdivise the layout of the atlas. I defined areas of formats that would works in a similar way.

Here is an extract of the CSS print code that designs the print atlas.

First experiments with Css print - research in responsive print

First experiments with Css print - research in responsive print

First experiments with Css print - research in responsive print

First experiments with Css print - research in responsive print

Interview Boris Beaude

Jan 2014

I interviewed Boris Beaude who is geographer and researcher in the laboratory « Chôros » at EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne); he taught for 8 years in SciencePo. He wrote 2 books about Internet as a space : « Internet : changer l’espace, changer la société » and « Les fins d’Internet ».

Diploma - Research websites

2014

Here is the website I built in order to organize my research. It allows me to archive and classify my work according to different categories. I have as much pages as the numbers of hypotheses I am working on. And on each of theses pages, I structure my research through 4 columns : explanation of topic / notes / production / todo list.

The aim of this website was to publish the first part of my theoretical research about the space of the Internet. I defined 3 main axes that feature the Internet's space: Discontinuous - Total/Global - Mobile). My project raises the question of the hyperlink as a medium for connecting conceptual ideas. At the same time, the site offers a new kind of browsing experience. The 4 arrows will allow the user to browse according to the mental map of the website.

This website classifies the different kind of maps that represent Internet. There are already a lot of maps depicting Internet, but even if some of them look similar they might be representing different kinds of information. When we refer to Internet we are not talking about just one space. First of all, there is a gap between the infrastructure space (that you can touch, made of cable and computers) and the mental space (that is virtual, made up of web pages and hyperlinks to connect them). And in both of those 2 spaces, we can identify two other axes: some representations are purely technical when others are dealing with representing political or sociological reality. Moreover, some of the maps are based on geographical shapes and others are completely abstract. So, the website is constructed as a chart: in each column elements are listed that could be mapped according to the categories explained above.

This website is a platform to list, classify and organize the terms and ideas related to Internet. It was set up as a research tool to be updated throughout the research period in order to create an exhaustive inventory of Internet space. Once the research is completed, the aim will be to map the terms listed one by one.

Diploma - First Intentions

Oct-Nov 2014

KEY POINTS

--- Architectural research of Internet as space.

--- Conceptual exercise of Internet's spatialization.

--- Use spatial analyses as key to understand social, political and economic issues on Internet

--- Complexity as a source of creation.

KEY WORDS

--- Conceptual exercise

--- Spatialisation

--- Critical Atlas

--- Complexity

KEY INFLUENCES

--- OULIPO

--- net.art

--- Art brut

INTERESS IN USING ALTERNATIVE TOOLS

--- F/LOS tools

--- CSS Print for printed edition

--- Computer running under Linux

--- Libre fonts

--- Web Standard

--- Git

PLAN OF WORK FROM 2014

--- Producing maps and representation based on the inventary list - schema and 3D models

--- Creation of an Atlas from those researches

--- Exhaustive schemas - Combining information to create thematic representation

--- Art installation in 3D as a result of the all year research

First statement about the intention of one-year research project I’m doing for my Master’s Degree at Ensad (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris). The subject-matter of my project is Internet as space. By doing a conceptual exercise, I seek to map out Internet by researching into its architecture in order to find out about its particular shape. I would like to analyse Internet space and how it can be used as a tool for political and social purposes.

The idea is to gradually build up a critical atlas of the Internet made up of schemas, maps, drawings and 3D models. After that, the aim would be to examine a key theme and develop it as an art installation. There is also an underlying aspect in this project, which is complexity as a concept. I would like to use complexity as a source of creation. This is in line with the approach of the French OULIPO movement (Ouvroir de littérature potentielle ) in which Constraints, such as mathematical problems and specifications , are used as a means of triggering ideas and inspiration. What I like is the challenge of mapping complexity (finding the shape of the Internet). What is really beautiful is the notion of complexity as a subject-matter in itself.  

Oct 2014 - Diplôme - Intention - Paris

REALLY FIRST STATEMENT

«Le plus souvent nous passons d’un endroit à un l’autre, d’un espace à l’autre sans songer à mesurer, à prendre en compte ces laps d’espace. Le problème ce n’est pas d’inventer l’espace, encore moins de le ré-inventer, (...) mais de l’interroger, ou, plus simplement encore, de le lire.» Georges Perec, Espèce d’espace

Dans Espèces d’espace, Georges Perec joue conceptuellement avec l’espace de la page, du lit, de l’immeuble, de la ville, etc. Dans la continuité de cette recherche sur les «laps d’espace» je souhaite explorer l’espace d’Internet.

Ainsi, j’entreprendrai une recherche architecturale de l’espace d’Internet. Il s’agit d’un travail de prospection, de collecte, d’analyse des espaces topologiques, architecturaux, géographiques d’Internet. Les étudier, les comprendre, les superposer et voir quelle est la forme qui naît de toutes ces définitions. Classer. Organiser. Documenter. Produire un inventaire formel en 2D et 3D par le biais de schémas graphiques et la production de maquettes modulaires 3D dans le but de produire l’Atlas de l’espace d’Internet.

Un territoire géographique est représenté par un ensemble des cartes distinctes qui définissent l’espace ; par exemple la carte du climat, de la population, du relief, carte des régions, des villes ... De cette manière, je souhaite créer l’atlas de l’espace d’Internet en produisant un ensemble de cartographies . Ex: l’hypercentralité de Google, les 7 couches d’Internet, structures des hyperliens, réseau bout-à-bout, densité du réseau, représentation en « méduse »...

La première partie de l’année consitera en une recherche de prototypes graphiques en vue de la création de l’atlas d’Internet. La seconde partie de l’année, je me concentrerai sur la création d’une installation dans l’espace. Cette installation sera une représentation, exhaustive ou non, de l’espace d’Internet. J’imagine cette pièce comme l’élément central de mon diplôme et comme aboutissement d’une année de cherche. Le diplôme présentera ce résultat ainsi que l’ensemble de ma production autour de la cartographie d’Internet.

Workshop

28-30 august 2014

ART HACK DAYS - DISNOVATE

"Disnovate" is a collaboration between Art Hack Day, Parsons Paris and Accès(s) festival. Between August 28-30, artists and hackers inhabited Parsons Paris to create a flash exhibit on the theme "Disnovate”, in anticipation of the next Accès(s) festival in Pau.

I developped a project with Sarah Garcin and Raphaël Bastide called "Very slow and approximative browsing experience provider". Here is the Website dedicated to this project.

"Very slow and approximative browsing experience provider" is an archaic browsing system created by Sarah Garcin, Raphaël Bastide, Louise Drulhe and Jerome Saint-Clair during the workshop Art Hack Days: Disnovate. In a world where mouse would be dis-created, the only solution to browse the Internet would be to set up the mouse coordinates by typing the x and y positions in a terminal to produce an unique and slow cursor movement.

RELEARN

I've discovered Relearn during the LGM (libre graphic Meeting) in Lieptzig. Relearn is a summerschool were free and libre tools interrogate creation in a political and practical way.

Because my thesis deals with the questions of a liquid design that would be based on a free and shared creation, I decided to join the summer school. Firstly in the aim to learn more about free software and secondly to discover the richness of creation made possible by this protocol and met designers that succeed in mixing Art and Free software.

This work session was about reconnecting (or at least connecting closer) with the inherent properties of the binary computer, and explore its qualities to create audio and visual artworks. We explored bits and bytes writing, manipulation and data interpretation as an artistic playground. This worksession focused on translation, from text stories and digital languages to sound, from raw bits, coordinates, colours and shapes to songs and scores. As the bend we can experiment when switching from proprietary software to Open Source ones, from cubic curves to quadratic curves, we tried here again to shift our relation to the lines and tools, to play differently the "fleshly specificity of vectorial typography", the colour pixel sonority.

Design Fluide - Mémoire

2013/2014

My master thesis deals with an idea of fluid design: a shared, spread and connected design, in opposition with a solid design that belongs to the printed matter and static medium. To build that notion, I studied 7 contemporary issues: Internet Space, Open source, Contribution, Internet Meme and Collective Intelligence, Commons, Semantic Web, Metadata and Personnal Data.

HERE IS THE WEBSITE OF MY MASTER THESIS

Le resultat de mes cherches a été résumé sous la forme d'un manifeste.

Manifeste du design Fluide:

1. Le design fluide crée des formes aux propriétés liquides capables de s'adapter à tous les supports

2. Le design fluide donne accès aux sources de sa création en vue de participer à l'élaboration d'un écosystème créatif

3. Le design fluide utilise des licences libres pour encourager la libre circulation des connaissances et des créations

4. Le design fluide milite pour le maintien d'Internet en tant qu'espace de libertés notamment par l'utilisation d'outils libres ou par une production graphique engagée

5. Le design fluide subdivise sa création graphique sous forme de données en vue de s'infiltrer dans l'océan informationnel d'Internet

6. Le design fluide utilise la propagation comme système de communication

7. Le design fluide utilise des outils sémantiques pour connecter les idées entre elles et encourager le potentiel cognitif du web des données

8. Le design fluide crée des architectures fluides : des structures malléables, liquides, capables de supporter toutes sortes de contenus

9. SLe design fluide utilise les métadonnées pour produire une création aux formes potentiellement infinies et ainsi adopter les propriétés des fluides

I got really interessed in Open source issues: how open source deals with mastering our tools and allows a free circulation of information and knowledge. In that context, I designed the layout of my thesis by coding with HTML and CSS with the aim of experimenting with another tool than InDesign. If you want to have a look at the result, I attached some pictures.

L'espace d'Internet - Articles

Oct 2013

Dans Monstres and Cie, la scène du « réseau des portes » est-elle une métaphore de l’espace d’Internet?

Sullivan est la terreur du film Monstres et Cie, il se glisse la nuit dans la chambre des enfants pour récolter leurs cris, énergie nécessaire à leur survie. Pour ce faire, un système de portes est mis en place pour permettre aux monstres d’entrer dans les chambres. En ouvrant la porte, ils basculent du monde des monstres au monde des humains.Au cours des péripéties du film, Sullivan se retrouve transporté au sein du « réseau » des portes, zone vertigineuse par où transitent les portes, une sorte de « cyberespace » de porte. En effet l’organisation de cet espace peut rappeler le fonctionnement d’Internet.

Au sein du réseau, les informations sont envoyées depuis un émetteur vers un receveur sous forme de « paquets ». Ils sont envoyés à travers les câbles de l’infrastructure du Net de l’émetteur jusqu’à l’adresse IP du destinataire. L’ordinateur, ayant reçu le « paquet », traduit son contenu. À partir du code il recompose l’espace du site. Dans le film, les portes viennent se poser sur des « bornes » qui à l’image des ordinateurs « révèlent » l’information ouvrent l’espace intérieur de la chambre. Ici, la chambre est à l’image du site Internet. Lors du transport de l’information, l’espace est réduit à un paquet ou à une porte.

Selon Boris Beaude, « l’analogie la plus évidente serait un supermarché mondial qui propose l’ensemble des produits qui se trouvent dans chaque maison ». Sa comparaison est proche de la scène du film. Internet pourrait être représenter à la fois par un tout (le monde entier) mais seulement au travers d’une multitude d’éléments distincts, la somme de toutes les chambres d’enfant ou la somme de toutes les maisons selon Boris Beaude.

Au sein du «réseau» du film, les portes sont stockées, rangées. Seulement lorsqu’elles sont sollicitées par une « borne » (alias un ordinateur), les portes s’activent et se déplacent jusqu’à cette « borne ». De même sur Internet, chaque fois nous cliquons sur un liens nous activons une page web stockée dans un Datacenter qui parcourt l’espace de l’infrastructure du Web jusqu’à notre ordinateur. Ainsi, chaque fois que je clique sur un lien hyperlien, une « porte » se déplace du Datacenter jusqu’à mon ordinateur, qui « traduit / ouvre » le contenu.

Il est intéressant de voir le jeu qu’ils font entre l’espace «irréel» des portes et l’espace « réel » géographique des maisons. On passe des pays nordiques, à Paris puis au tropique... Il y a bien une idée deréseau à l’échelle mondiale. De plus, il y a une discontinuité entre l’organisation de l’espace des portes et l’espace géographique. De pages qui sont lié sur Internet, ne viennent pas forcement du même lieu territorial. De même que deux informations stockées cote à cote dans un Datacenter, ne sont pas forcement lié entre elles.

Pourrait on envisager l’espace d’internet comme la multiplication d’un seul et même motif ?

La plupart des chercheurs intéressés dans la compréhension de la morphologie d’Internet se concentrent sur l’analyse des structures des hyperliens construits par les hommes.

La topologique du réseau Internet peut être qualifiée de « simple » dans le sens où il s’agit d’un ensemble d’entité reliées entres elles par des liens hyperliens. Les réalités qui s’expriment sur ce réseau sont, elles, complexes mais la structure réticulaire fonctionne selon un principe unique : le lien hyperlien. Dans ce cas précis, son unicité rend le réseau entier uniforme et homogène. Ainsi, nous pouvons envisager de définir un motif caractéristique de ce système réticulaire. En dupliquant ce module, nous produirions une représentation complexe de l’ensemble d’Internet. Ainsi, comprendre l’espace du web reviendrait à caractériser (plus ou moins précisément) une partie puis à la dupliquer. Le développeur, Tim Bray, chercha à calculer une métrique clef sur Internet. Nous pouvons envisager que la représentation du système de connexions par les hyperliens puisse être produite par un élément clef et générique. Définir cette métrique clef nous permettrait de comprendre le réseau entier.

Le Net est métaphoriquement assimilé à une toile d’araignée ou à un filet, sa forme est composée à partir d’une géométrie unique et sommaire pour former un espace répétitif. Dans le cas d’Internet, le module aurait la forme d’un réseau distribué dupliqué de manière à former le réseau entier. Sa répétition ne serait pas seulement une juxtaposition des motifs dans un espace tridimensionnel mais le motif serait ajouté en puissance au sein du module précédent. Cette idée de duplication au cube, nous donne une image de l’expansion vertigineuse de cet espace. Effectivement, le réseau d’Internet est défini par Distler et Bressand comme un réseau en réseau ou réseau au cube : le réseau se multiplie sur lui même. Internet est un « inter» réseau ce qui est différent du multi-réseau.

Représenter la visibilité sur Internet

Fréquemment, les représentations du « World Wide Web » ressemblent à un nuage composé de traits (liens hyperlien) reliant des « points » (pages Internet), comme la carte Lumeta Corporation. La silhouette générale est souvent vague, vaporeuse ; elle ne donne pas d’informations particulières. Cependant, il existe deux modèles plus anciens qui proposent de représenter la globalité d’Internet selon une forme figurative. Le « Jellyfish model » mis en place par Young Hyun a la forme d’une méduse et le « Bow Tie model » la forme d’un nœud papillon.

Ces deux cartographies, au delà de reproduire le système réticulaire du lien hyperlien, représentent la lisibilité des sites Internet les uns par rapport aux autres. Elles révèlent une hiérarchisation au sein de l’espace. Le classement de sites Internet se fait par rapport à leur connexité à un centre névralgique. Au sein de l’interconnexion générale du réseau, il existe différents niveaux d’associations. Dans le cas du « Jellyfish model », crée en 2000, le centre est composé par un ensemble de sites Internet extrêmement interconnectés les uns aux autres. Au sein du cœur, Il est possible d’aller à n’importe quel endroit depuis tous autres points et vice versa. La hiérarchie des autres sites internet dépend de leur connexion au centre : les sites ayant le plus de liens avec le centre se trouvent près de celui-ci ; les sites ayant peu de liens avec le centre se trouvent en périphérie du dôme de la méduse. D’autre part, les sites possédant seulement un lien vers une de ces parties du dôme se trouvent « pendus » à celui-ci, formant les tentacules de la méduse.

La représentation en nœud papillon est produite à partir du même principe de classification. Il existe quatre groupes différents ; le premier est formé des sites très connectés vers et depuis le « centre », le deuxième dit « Origination » est composé des sites qui ont des liens vers le centre mais n’en ont pas en retour, le troisième appelé « Termination » comprend les sites qui reçoivent des liens du centre mais ne proposent pas de connexions vers celui-ci et le dernier groupe constitue les sites qui n’ont aucun liens avec le centre.

Nous pouvons donc classifier les sites Internet en fonction de leur connexité. En analysant les structures hyperlien dans sa cartographie Web space as a landscape of ziggurats (1996), Tim Bray a défini deux termes pour définir l’ampleur d’un site Internet : la visibilité et la luminosité. Le nombre de liens «entrant », venant de sites extérieurs vers le site en question, défini la visibilité. À l’opposé, la luminosité d’un site correspond au nombre de liens sortant : liens provenant du site étudié vers les autres. Sur la cartographie la visibilité est représentée par la hauteur et la luminosité par la largeur des ziggurats. En 1995, 5% des sites Internet n’avaient aucune visibilité. Nous pourrons nous demander combien de sites «invisibles» existe t-il aujourd’hui.

D’autre part, Tim Bray analyse que les sites Internet ne sont pas extrêmement liés les uns aux autres. Les liens se trouvent de manière locale: au sein des sites web. Il existe, cependant, quelques sites Internet qui agissent comme de « super connecteurs » reliant les sites les uns aux autres. De même, Boris Beaude affirme que « les moteurs de recherche (...) occupent la place centrale de cet édifice. Ils assurent la visibilité de ces espaces en maîtrisant les hyperliens. »

Parle t’on de l’Internet ? Ou des Internets ?

Généralement, pour parler d’Internet nous utilisons le singulier. Internet serait dont un seul endroit ? Dans le sens où il n’a pas de frontières, il s’agit en effet d’un espace unique. D’un email à un blog ou d’un blog à une application Smartphone, nous nous déplaçons sans limite. Tout ces espaces fonctionnent selon la même convention de communication : le Protocol IP (Internet Protocol). Il est défini par un ensemble de règles de communications entre les ordinateurs. Ainsi, une fois que nous sommes connectés au réseau Internet nous y avons entièrement accès, il n’existe pas de limites ou de frontières. Cependant, la navigation sur Internet peut être ralentie ou interrompue. C’est ce qu’il se passe lors d’une identification, un « log in ». Ce n’est pas une rupture du réseau, il s’agit d’une privatisation ou d’une sécurisation d’un espace. D’autre part, l’Internet chinois tend à se séparer de l’Internet actuel, cependant bien que marginal il fait parti de l’Internet unique. De même que l’internet underground, peut nous sembler hors de « notre » Internet car plus difficile d’accès mais il appartenant bien au même espace. Lorsque l’on parle d’Internet nous englobons tout ce qui est accessible grâce à une adresse URL. Certains sites ne sont pas répertoriés par les navigateurs, ils ne sont pas pour autant hors du réseau. Cette unicité semble évidente du fait de son infrastructure. Internet est un réseau unique, dans le sens où tout point du réseau est atteignable de n’importe quel autre endroit. C’est un lieu unique et réticulaire qui supporte des lieux aussi différents que les Emails, Dropbox, Facebook, ... Néanmoins, pouvons nous réellement parler d’un seul espace? Est il intéressant d’analyser Internet comme un seul espace?

D’un réseau unique et simple, Internet a vu émerger une multitude d’espaces distincts aux caractéristiques singulières. Des systèmes de communications hétérogènes (écrits, audios, individuels, massifs, participatifs, asynchrones...) sont présents sur Internet. Une myriade d’espaces aux potentialités différentes forment la complexité de son espace : Internet peut être envisagé comme une « masse de niches ». Cette confusion entre unicité et pluralité, vient de la confusion entre l’infrastructure unique et les lieux virtuels multiples. Dropbox et Facebook sont deux plateformes distinctes, il existe effectivement des liens possibles entre les deux. Cependant, elles fonctionnent chacune de manière autonome selon une logique propre à leur système de communication.

Ainsi, lorsque nous voulons comprendre l’espace d’Internet en tant que tel, devons nous nous intéresser au réseau entier? Ou au principe de fonctionnement de chacune de ses entités? Pour étudier cet espace, il est important de comprendre la réalité étudiée et de définir précisément l’objet d’étude. De quoi parle t’on lorsque l’on parle de l’espace d’Internet? Est-ce la topologie d’un système de communication ? Ou bien, comment Internet est-il conceptuellement et spatialement envisageable? Ou les deux ? Pour rendre plus claire l’étude d’Internet. Je propose un classement de ses différents espaces selon un tableau (voir page suivante).

Nomadic chess: geography - Internship - Metahaven

25-29 june 2013

The exhibition Nomadic Chess: Geography took place in the Chapelle des Jésuites in Chaumont from May, 25 to June, 29. It's a project I worked on during my internship with Metahaven. I was involved in the creation processus especially in the graphical images printed on leather tiles.

Nomadic Chess is a visual representation of the Internet geopolitic. It's the first project I worked on that deals with the question of representing Internet in a geographic and political way.

MORE DOCUMENTATION HERE

The design of the game board combines an iconography of geopolitics (power relations on a global scale), and fashion. Fashion can be considered a natural counterpart to geopolitics: its codes of communication and means of production inherently narrate the dynamics of the world through the spectre of visual obsessions and consumption patterns—a game made real. The so-called “post-Internet”, “New Aesthetic,” or “Tumblr aesthetic” in the beginning seemed to unlink global capitalism from any of its “positive” political values or connotations, including those of liberal democracy, taking the image instead to be a raw confrontation between the ground and the network, low res and hi res together.

Then, can we imagine a new New Aesthetic without the internet? Nomadic Chess answers this question sideways by the conversion of semi-visible, subversive internet phenomena like Silk Road and Anonymous into wearable garments. Not just fashion and style but also conflict are increasingly viewed along the same lines as the New Aesthetic. To begin with, the spectre of terrorism, and especially its backlash in repressive government policies, renders every imaginable threat into a “real virtuality.” As threats are redefined from actual physical acts into mere thoughts about such acts, at the same time the phenomenon of cyberconflict begins to loom over all other kinds of antagonisms; superior, in the sense that it embodies a totality of threat not just over the physical reality but over its infrastructure and ideology.

About

This website is the laboratory of Louise Drulhe.

Graduated from Ensad (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris), Louise Drulhe (1990) works as a designer in Paris around the notion of digital spaces. She studied Internet space and shaped it thought a series of 15 hypothesis of Internet spatialization, she published The Critical Atlas of Internet. By building up spaces, she designs books and websites as architectures and creates print publishing with web code.